Le tragopan de Cabot

Texte et photos de Bernard Giboin (10-2012)
Expérience exposée lors de la Journée de Formation du 06 octobre 2012 à Doué la fontaine


    L'élevage et la détention du tragopan de Cabot ne sont pas plus difficiles que ceux des tragopans de  Temminck  ou Satyre.

Les volières

    Elles doivent être spacieuses,  au minimum de 10 m x 5 m et d'une hauteur minimale de 2 m. Les tragopans ayant absolument besoin d'espace et d'exercice. Orientées au sud, elles comportent un abri intérieur dont  le sol doit être sec avec du sable sur  une épaisseur de gravier, le sol extérieur est en pelouse avec des arbustes.
    L'eau courante circule d'un petit bassin à l'autre par gravité (car j'ai dans les volières des couples de sarcelles à collier  en particulier).
    Des perchoirs sont installés en intérieur comme en extérieur sans oublier de les rendre accessibles aux poussins car à quelques jours ils se couchent sur les perchoirs sous les ailes de leur mère.
    Il convient également d'installer au sol les tumulus de pierres ou de bois qui sont indispensables à la parade des mâles.
    Les mangeoires sont disposées sur des cadres en grillage afin d'éviter que de les oiseaux ne puissent avoir accès à de l'aliment souillé. La nourriture est composée de granulés entretien ou chauffage suivant la saison, de T16, de granulés de Carottes, de mélange tourterelle, de fruits et de légumes de saison, d'herbe et de feuilles diverses. Le régime des poussins est le même sous une forme moulue adaptée à leur taille.


L'élevage

    Les nids sont constitués de caissettes plastiques (les paniers en bois ou en osier ayant l'inconvénient d'être putrescibles et plus difficiles à nettoyer). Ils sont disposés en hauteur (1 m 60 ou plus) et doivent être étroits et profonds. Une bonne épaisseur de foin coupé est disposée sur un fond de  tourbe.
    La ponte est composée de 3 à 4 œufs. Plus de 4 est suspect et possible indice d'hybridation. S'ils sont retirés  en tout début d'incubation les femelles peuvent faire deux à trois pontes à intervalle de 15/20 jours au cours de la saison.

    Je favorise l'élevage par les parents, mais l'élevage artificiel est tout à fait possible avec des boites pour poussins et des volières pour les jeunes. Les parents sont de superbes éleveurs et les femelles peuvent être de très bonnes " mères adoptives ". Il est en effet possible de confier les œufs fécondés d'une femelle A à une femelle B couvant  des œufs clairs. Elle élèvera parfaitement les poussins. Ne pas oublier que les perchoirs soient accessibles aux poussins.


Les problèmes

    La population de Cabot contient malheureusement des hybrides - en particulier avec des tragopans de Temminck. Ceci remonte aux années 80/90 lorsque les Cabots disponibles étaient très consanguins et ne pouvaient être reproduits que par insémination artificielle. Depuis heureusement des oiseaux d'origine chinoise ont régénéré la population captive. Il existe un Stud-book international qui permet de vérifier l'origine des oiseaux.
    Par ailleurs Aviornis international  a lancé un programme de dépistage par tests ADN pour tous les Tragopans afin de vérifier qu'ils ne sont pas hybridés et ainsi constituer un pool d'oiseaux à partir desquels développer une population captive saine.
    Mes oiseaux appartiennent à ces deux populations.

    Le but étant l'élevage par les parents avec des mâles fécondant naturellement. Ceci permettant l'obtention d'oiseaux ayant été imprégnés par les parents et aux comportements conformes à l'espèce. Il est cependant à noter que tous les jeunes mâles ne fécondent pas dès 2/3 ans et qu'il est parfois nécessaire d'être patient. Certains acceptant une femelle et pas une autre.


Réglementation & conclusion

J'ai élevé plus de 30 jeunes en 8 ans… mais à terme qu'en faire?

    Car ils sont inscris à la Convention de Washington annexe 1 et  il faut pour la détention un Certificat de capacité avec une Autorisation d'ouverture.
    J'ai placé des couples chez un certain nombre d'éleveurs répondant à ces conditions ainsi qu'au Parc de Clères, à la Ménagerie du Jardin des plantes à Paris. D'autres sont en prêts d'élevage chez des éleveurs Européens disposant d'oiseaux de souches différentes.

    D'où la Nécessité absolue d'augmenter le nombre d'éleveurs Capacitaires en France afin de disposer d'une population stable et génétiquement saine en élevage.
    Ceci permettant également de se mettre être à l'abri de  problèmes sanitaires qui pourraient anéantir cette magnifique espèce.

1/16
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now