L'élevage des argus

    L'élevage de l'argus est très semblable à celui des éperonniers, à la différence de taille près, ce qui nécessite un logement plus spacieux; une surface de 35 à 45 m² parait un minimum. L'abri doit être chauffé l'hiver, surtout pour les jeunes, très sensible au froid jusqu'a l'âge d'un an. Les adultes sont un peu plus résistants; une température correspondant au hors gel suffit à leur entretien. Il est aussi important  de prévoir des loges ou des parquets de séparation pour les mâles si on désire pratiquer l'élevage naturel, la plupart d'entre eux se montrant agressifs envers les jeunes, bien qu'il y ait encore des exceptions  et que certains nourrissent même les jeunes au bec, comme le fait la poule (Bruning in John,sgard 1999). Les argus sont élevés en couple, plusieurs femelles misent ensemble se battant. Il est toutefois possible de maintenir plusieurs femelles dans des volières séparées et de passer successivement le même mâle de l'une à l'autre. Par contre ils peuvent être gardés avec d'autres espèces d'oiseaux, sauf celle des éperonniers.
    Le régime alimentaire est le même que celui des éperonniers. Compte tenu de la taille du mâle et de ses plumes, la mue est une épreuve fatigante durant laquelle un complément alimentaire est souvent le bienvenu.
    La reproduction a lieu toute l'année avec une plus grande fréquence au printemps et en début d'été. La ponte est de deux oeufs, pondus normalement dans un nid au sol; des cas de ponte en hauteur (jusqu'a 1.5 m) ont été signalés par quelques éleveurs. En cas de retrait des oeufs; il peut y avoir plusieurs pontes de remplacement; une poule a ainsi pondu 30 oeufs en 15 pontes sur une période de 12 mois au parc zoologique de Washington (Gilbert & Greenwell 1976) !
    L'incubation artificielle, de 24 à 25 jours ne pose pas de problèmes particuliers à 37°5 C et 60% d'hydrométrie relative. Il est toutefois préférable de laisser la femelle élever seule ses jeunes, celle-ci se montrant le plus souvent très attentive envers sa progéniture.
Les jeunes argus sont nourris au bec par leur mère durant les premiers jours de vie et parfois pendant fort longtemps après leur naissance, même lorsqu'ils savent manger seuls ; des observations en captivité montrent que ce comportement peut subsister après l'âge de 40 jours. Les poussins sont assez délicats à élever, très sensibles au froid et aux courants d'air. Leur croissance est lente. En élevage naturel, les jeunes se perchent tôt, dès la deuxième semaine, et passent la nuit sous les ailes de leur mère, à la façon des éperonniers et des hoccos. Les jeunes mâles d'argus, comme ceux de paons, font des simulacres de parade très tôt, dès l'âge d'un mois à en croire certains auteurs (Gilbert et Greenwell 1976) et ils crient à l'âge d'un an.
Bien que les oiseaux soient matures la troisième année, la croissance des rectrices et des rémiges du mâle se poursuit pendant plusieurs années, le nombre d'ocelles augmentant à chaque mue (Davison 1981a) et jouant un rôle important dans la sélection sexuelle par la femelle.


par Alain Hennache
reproduction partielle ou totale interdite sans autorisation de l'auteur

Pour en savoir plus

MONOGRAPHIE DES FAISANS

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now