L'élevage des paons

  Le paon bleu est l'oiseau de parc par excellence résistant, ne craignant pas le froid, opportuniste, il peut vivre en semi liberté dans de grands espaces sans demander grand entretien. La parade des mâles, dès fin avril, constitue un spectacle magnifique, digne d'orner les plus grandes pelouses entourant châteaux ou manoirs. Les poules font leur nids sous des arbustes, au pied de grands arbres ou dans des massifs de plantes ornementales. Par contre, les fameux cris poussés par les mâles au moment de la saison de reproduction, parfois tôt le matin, portent loin et sont susceptibles d'attirer des réflexions désagréables de la part des voisins. Il est donc déconseillé de les détenir en ville ou dans des zones urbanisées. De même, s'ils sont maintenus sur une surface trop petite (inférieure à 1,5 ha) ou n'offrant pas assez d'arbres perchoirs, de couvert arbustif, ils auront tendance à sortir du jardin, surtout les poules au moment de la nidification. Généralement, au moins à la belle saison, les paons vivant en semi liberté trouvent leur nourriture dans le parc où ils vivent. Il est toutefois nécessaire de leur apporter des compléments en hiver et au moment de l'élevage des jeunes. Il est aussi impératif qu'ils aient la possibilité de boire une eau claire et propre.

  Le paon vert est, par contre, non seulement plus fragile, plus sensible au froid et aux maladies, mais aussi souvent plus agressif envers l'homme. Sa détention se fait donc généralement en volière, qui doit être assez grande et assez haute pour lui permettre de se déplacer librement, de se percher ou de parader, sans briser les magnifiques plumes de la traîne. Pratiquement, il faut au minimum une volière de 5 m X 8 m adossée à un abri hors-gel de 3 m X 3 m, les hauteurs étant de 2,5 m minimum pour l'abri et 3 m pour la volière. Mais des dimensions supérieures ne sont que préférables. Les paons bleus peuvent être aussi gardés dans de telles installations mais l'abri peut être plus rustique et non chauffé.
La volière doit avoir un sol bien drainé et comprendre des perchoirs hauts permettant le perchage nocturne. En revanche, les plantations ne sont pas nécessaires et leur rôle est plutôt ornemental, les poules se contentant de nicher dans un coin de l'abri ou de la volière, où elles ont préalablement aménagé une cuvette dans le sol.

  En volière, les paons se gardent en harem à raison d'un mâle pour plusieurs femelles, mais les paons spicifères sont parfois détenus en couple. La formation du couple ou du groupe ne pose pas de problèmes particuliers, même avec des oiseaux d'âges différents.
L'alimentation consiste en granulés du commerce complétés avec du blé et, surtout, de la verdure et de la pomme, dont les paons sont très friands. Il faut également veiller à ce qu'ils aient toujours de l'eau propre à volonté.

  Sous climat tempéré, la ponte démarre fin avril et peut durer jusque début septembre.
L'incubation des œufs, si elle n'est pas naturelle, se fait à 37°5 C et 50 % d'hygrométrie.
L'élevage des jeunes peut être laissé à la paonne mais l'élevage artificiel ne pose pas de problèmes particuliers si ce n'est une sensibilité particulière des jeunes au coryza et à la coccidiose, surtout pour les paons blancs et spicifères. Les jeunes paons volent et se perchent très tôt, dès l'âge d'une semaine aussi, il est conseillé de mettre des perchoirs à leur disposition dans les boîtes d'élevage.

par Alain Hennache
reproduction partielle ou totale interdite sans autorisation de l'auteur

Pour en savoir plus

MONOGRAPHIE DES FAISANS

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now