Genre  Rheinardia  (Maingounat, 1882)

Rheinarte ocellé  Rheinardia ocellata  (Elliot, 1871)

Dénomination
Nom scientifique : Rheinardia ocellata ocellata
Nom français: Rheinarte d'Annam
Nom anglais: Crested Argus
Nom espagnol : Argo perlado
Nom allemand : Perlen fasan
Nom néerlandais: Gekuifde Argusfazant
Nom italien: Reinalto ocellato
Statut de l'espèce : VULNERABLE

Vietnam, le long de la chaîne annamitique, de Nghe An à Lam Dong et sur le plateau de Dalat (Eames 1995), et Laos, le long de la frontière vietnamienne (Thewlis et al. 1998)


Dénomination
Nom scientifique :
Rheinardia ocellata nigrescens

Nom français: Rheinarte malais

Nom anglais: Crested Argus

Nom espagnol : Argo perlado

Nom allemand : Perlen fasan

Nom néerlandais: Gekuifde Argusfazant

Nom italien: Reinalto ocellatoStatut de l'espèce : VULNERABLE

Localisé au parc de Taman Negara, en Malaisie, sur les pentes des monts Gunung Rabung, Gunung Tahan, Gunung Penumpu, Gunung Gagau et Gunung Mandi Angin (Mamat et Yasak 1999)

Les rheinartes (genre Rheinardia) comptent une espèce (ocellata) et deux sous-espèces (R. o. ocellata : le rheinarte d’Annam) et (R. o. nigriscens : le rheinarte malais) réparties au Laos, au Vietnam et en Malaisie.

Ils sont apparentés aux argus et aux éperonniers, et figurent parmi les plus grands faisans avec le mâle (190 à 250 cm) et la femelle (75 cm). Ils présentent un dimorphisme sexuel marqué. Mâle et femelle ont une huppe occipitale, formée de plumes filiformes, érectiles chez le mâle. Le corps et les ailes sont bruns tachetés et vermiculés de brun foncé, de fauve et de blanc. La queue, composée de 12 rectrices, est étagée avec la paire centrale très longue et très large, atteignant plus de cinq fois la longueur des rectrices externes. Les pattes (de couleur brune chez les Rheinartes, rouge chez les Argus) sont relativement courtes par rapport au corps et n'ont pas d'éperons, bien que des traces de ceux-ci aient parfois été observées sur une seule patte chez quelques sujets.

Ils sont inféodés aux forêts primaires humides mais semblent capables de s’adapter à des milieux secondaires s’ils ne sont pas dérangés. Le régime alimentaire est végétarien à 90%.

L’espèce est polygame. En période de reproduction, les mâles entretiennent des arènes qu’ils défendent contre des concurrents. Ils attirent des femelles par leurs cris. En parade, le mâle déploie sa huppe et s’avance vers la femelle puis il étale sa queue verticalement et abaisse ses ailes ainsi que la tête en tendant le cou vers l’avant et en faisant trembler tout son plumage.
Les seules observations d’élevage des jeunes ont été réalisées en captivité, la femelle nourrissant ses jeunes au bec pendant les premiers jours. Les poussins volent très tôt et se perchent avec leur mère, la nuit, avant l’âge d’une semaine.

La fragmentation de la population constitue la menace principale. Les mesures de conservation consistent à déterminer les zones d’habitat favorable au Laos et au Vietnam, à évaluer les densités de populations en rapport avec la dégradation de l’habitat, à veiller à une stricte application des interdictions de chasse et à sensibiliser les populations humaines à la conservation de l’espèce.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now